TOP

Déchèteries : recycler les déchets dangereux et volumineux

Ouvertes aux particuliers, les déchèteries collectent les déchets qui ne peuvent être déposés dans les poubelles ordinaires car trop volumineux ou trop dangereux. Déchets électriques et électroniques, grands cartons, ferrailles, tout-venant, gravats et déchets verts sont ainsi collectés séparément et, dans la mesure du possible, recyclés.

Ces déchets sont ensuite re-dirigés vers trois types de filières :

  • celles dont le traitement représente un coût : déchets verts, tout-venant, déchets dangereux, etc.
  • celles dont le traitement représente une recette : ferraille.
  • celles qui ne rapportent ni ne coûtent à la collectivité : pneus, déchets électriques et électroniques, mobilier, etc.

En 2019, 73 232 tonnes de déchets ont ainsi été déposés dans les 13 déchèteries de la Métropole, dont 69,2 % ont été recyclés et 10,2 % valorisés énergétiquement.

Globalement, la gestion des déchèteries représente un coût d’environ 4 millions d’euros par an pour SÉM.

Déchèteries mobiles

Les déchèteries sont implantées de telle sorte que la grande majorité des habitants de la Métropole se trouve à moins de 10 minutes en voiture de l’une d’elles. Pour ceux qui se situeraient plus loin, des déchèteries mobiles ont été mises en place. Ainsi, une fois par an, les communes de La Valla-en-Gier, Doizieux, Pavezin dans le Pilat, et Saint-Christo-en-Jarez, Valfleury et Saint-Romain-en-Jarez dans les Monts du Lyonnais, bénéficient de la mise en place d’une déchèterie mobile, disposant des mêmes bennes que celles que l’on trouve en déchèterie.

En 2019, elles ont permis la collecte de 70 tonnes de déchets, dont 68 % de déchets valorisables.

Les habitants de Saint-Nizier-de-Fornas, Rozier-Côtes d’Aurec, Aboën et Saint-Maurice-en-Gourgois peuvent eux déposer leurs déchets à la déchèterie voisine d’Estivareilles, grâce à la signature d’une convention entre SÉM et la Communauté d’agglomération Loire Forez.

Récupération des vélos usagés

Depuis 2017, les déchèteries de Saint-Étienne Chauvetière, Saint-Étienne Soleil et de Roche-la-Molière disposent d’une benne dédiée aux vélos usagés. Une fois collectés, ceux-ci sont ensuite remis au groupement d’association La CLAVette Stéphanoise qui les répare ou les cannibalise pour pièces.

En 2019, 400 vélos ont ainsi été collectés, dont près de 300 ont été réparés, et la centaine restant démantelés pour en faire des pièces détachées.

Un caisson du ré-emploi à Saint-Galmier

À la déchèterie de Saint-Galmier, il est possible de déposer des objets quasi neufs ou en bon état, afin que ceux-ci connaissent une seconde vie plutôt que d’être jetés. Ils sont recueillis par une ressourcerie qui les répare au besoin et les remet sur le marché à moindre coût.

Près de 35 tonnes d’objets ont ainsi bénéficié d’une seconde vie en 2019.

Opération compost : les déchèteries se mettent au vert

400 m3 de compost sont ainsi distribués chaque année, l’équivalent de la moitié d’une piscine municipale de 25 mètres !

Deux fois par an, au printemps et à l’automne, les déchèteries organisent une opération compost. En clair, elles mettent à disposition des usagers du compost réalisé avec les déchets verts collectés.

Ces opérations sont également l’occasion de sensibiliser les usagers sur les bienfaits du compost et sur les bons gestes à adopter pour en produire chez eux avec leurs propres déchets.

Exemples : le parcours de 2 déchets