TOP
Gilles Artigues

Interview de Gilles Artigues

Vice-président chargé du logement et de l’habitat

Quelle est la ligne directrice de la Métropole en matière d’habitat ?

Notre volonté est d’assurer un développement harmonieux et équilibré à l’échelle des 53 communes du territoire et de faire en sorte d’améliorer la qualité de vie de chacun. Aussi, notre priorité porte sur les logements existants, en vue de leur adaptabilité aux besoins qui émergent, et pour optimiser leur qualité énergétique. Cette amélioration doit être coordonnée avec ce que l’on peut faire sur les espaces publics, les équipements, les services.
Cela dépasse alors le logement et s’exprime à l’échelle du quartier dans le cadre de véritables projets urbains, afin d’améliorer le cadre de vie de tous. Il s’agit d’un enjeu social mais également économique pour bon nombre d’entreprises du territoire.

 

Comment la Métropole peut-elle agir pour améliorer le domicile de chacun, un domaine, par excellence, privé ?

Nous devons être incitatifs. De nombreux dispositifs sont mis en place pour accompagner les propriétaires, à la fois par le conseil et l’aide à la décision, mais aussi par des aides financières directes pour la réalisation des travaux.
La Métropole dispose d’outils pour accompagner les propriétaires quelle que soit leur commune, leurs revenus, leur projet, qu’ils en aient un ou pas d’ailleurs, qu’ils soient occupants ou bailleurs. Mis en place en partenariat avec l’agence nationale de l’habitat (Anah), ils répondent véritablement à tous les besoins et représentent une chance à saisir par les propriétaires pour valoriser leur bien, améliorer leur logement. C’est donc le moment de faire des travaux !

 

Ces aides concernent également les habitants des logements sociaux ?

Oui, nous intervenons aussi bien sur le parc privé que sur le parc public. Pour les logements sociaux, l’aide est apportée aux bailleurs que nous subventionnons pour rénover, construire ou démolir des logements.
Nous avons également créé, au 1er janvier 2021, un nouvel OPH (Office Public de l’Habitat), nommé « Habitat & Métropole », qui s’est substitué aux 4 OPH pré-existants (OPH Firminy, OPH Gier-Pilat Habitat, OPH Métropole Habitat Saint-Étienne, OPH Ondaine Habitat). Ce nouvel organisme gère à lui seul près de 40 % des logements sociaux du territoire. En mutualisant les moyens, il permet d’avoir une capacité d’interventions plus importante, tout en conservant une proximité et une qualité de service auprès des locataires.
Bien qu’il soit notre plus proche interlocuteur pour mettre en application notre politique en matière d’habitat social, la Métropole soutient également les autres bailleurs sociaux lorsque leurs projets s’inscrivent en cohérence avec les objectifs du PLH, le programme local de l’habitat.

 

Pourquoi la Métropole aide-t-elle également à démolir des logements ?

Certains logements sont tellement dégradés et inadaptés que leur réhabilitation est impossible ou coûterait trop cher. De fait, ils ne proposent pas des conditions de logement optimales à leurs occupants et nuisent à l’image et à la qualité de vie des habitants des quartiers dans lesquels ils se trouvent. Dès lors, la seule solution est de les démolir. C’est un enjeu fort, car ces démolitions permettent de reconstruire ou réaménager les espaces ainsi libérés. Démolir c’est aussi donner l’opportunité d’accueillir de nouveaux usages, des emplois ou des espaces verts

« Répondre à tous les besoins des habitants, qu’ils soient dans le parc public ou privé. »