TOP

Une mine d’excellence scientifique

La Métropole dispose d’un écosystème d’enseignement supérieur et de recherche impressionnant comparé aux intercommunalités de même taille. Un héritage historique qui facilite l’innovation industrielle. Son fer de lance ? L’École des Mines de Saint-Étienne (EMSE) bien sûr.

 

Certes, il n’est pas le seul. Mais la plupart des 2 300 élèves ingénieurs du territoire métropolitain se forment au sein du plus ancien (il date de 1816) et du plus prestigieux établissement d’enseignement

supérieur du territoire. « L’histoire du bassin industriel stéphanois est intimement liée à l’École des Mines », rappelle Pascal Ray, son directeur. L’école assure six cursus de formation d’ingénieurs généralistes ou spécialisés et, « en tant que membre de l’Institut Mines-Télécom (IMT), rattachée au ministère en charge de l’Industrie et de la Recherche, est une école référente pour développer en France l’industrie du futur ».

 

« L’innovation est aussi organisationnelle »

Elle a donc officiellement pour mission de développer une recherche scientifique rendant plus compétitive les entreprises. Et à ce sujet, avec ses 121 chercheurs et enseignants chercheurs travaillant dans ses cinq centres de formation et de recherche et huit laboratoires, ses 6,5 M€ de ressources contractuelles en recherche et innovation dont 1,9 M€ de contrats directs avec des entreprises, l’EMSE est bien armée. Et le sera bientôt encore plus (lire ci-contre) tout en participant aux communautés d’innovation métropolitaines, comme Manutech. Même si Pascal Rey avertit : « Attention : la 4e Révolution industrielle, ce n’est pas que développer une technologie en produit, c’est bien sûr, aussi, une inclusion du numérique à tous niveaux et des entreprises phygitales (physiques et digitales). La Covid l’aura bien mis sur la table, tout comme l’évolution du management pour plus de bonheur au travail, donc de performance. Bref, l’innovation, elle est aussi organisationnelle. »

Twin : un lieu ressource pour moderniser les PME

En favorisant le rapprochement entre entrepreneurs, étudiants et chercheurs, ce projet cible les salariés des PME pour les aider à réussir leur transition numérique ou encore à adopter la technologie de la fabrication additive via des plateformes technologiques. Il s’agit aussi d’accompagner les créateurs d’entreprise. Piloté par l’école des Mines, dans le cadre du programme « Mines Tech », tout

un bâtiment y sera ainsi consacré dès 2022. Baptisé Twin – pour Technological way for industry -, il sera aménagé dans des locaux, propriété de l’école, logiquement proches de son campus industriel.

Le plan de développement prévoit, pour les trois premiers exercices, 50 entreprises accompagnées par an, 2 000 apprenants par an. Un équipement qui a réclamé 3,4 M€ d’investissement public dont

850 000 € de Saint-Étienne Métropole.