TOP
Collecte de déchets alimentaires

Déchets alimentaires : expérimentation de collecte

Chaque année, chacun d’entre nous produit, en moyenne, 70 kilos de déchets alimentaires. Ceux-ci sont compostables, peuvent devenir une ressource précieuse et qui pourtant, souvent, finissent en enfouissement.

Pour les détourner de ce funeste destin, la Métropole a mis en place des aides pour réduire ses déchets : aide l’achat de poulaillers, composteurs et lombricomposteurs, et accompagnement des projets de compostage partagé en pied d’immeuble. Et, dès cette année, elle compte aller encore plus loin.

La Métropole teste de nouvelles solutions

Dès mars 2022, elle entame une vaste expérimentation auprès de 2 000 foyers. L’objectif ? Tester deux solutions (la collecte en porte à porte et celle via des points d’apports volontaires), dans deux contextes urbains très différents (habitats anciens et grands immeubles) pour déterminer la forme la plus adaptée en fonction des situations, c’est-à-dire celle qui permet de faciliter le tri pour les ménages.

  • A Saint-Étienne, dans le quartier de la Palle (rues Colette, Paul Gauguin, Gustave Courbet et rue de l’Université) des bacs roulants seront installés au pied des immeubles, le lundi et le vendredi matin, pour la collecte des déchets alimentaires.
  • Dans le centre-ville de Firminy (secteur délimité par les rues Duchêne, Verdié, Jean Jaurès et rue de la Loire), la collecte de bacs roulants en porte à porte aura lieu le mardi et vendredi matin. Elle sera couplée par une collecte en apport volontaire : les habitants pourront déposer leurs déchets alimentaires dans des bornes installées sur l’espace public (secteur délimité par les rues Voltaire, Jean Jaurès, place du Breuil et Boulevard Fayol).

Compost’Ond assure également le traitement par compostage des déchets collectés sur sa plateforme du Chambon-Feugerolles. Le compost produit enrichit les sols des horticulteurs et agriculteurs locaux !

Un déploiement progressif dès 2023

Un bilan de cette expérimentation sera effectué sur la base des 6 premiers mois. A l’issue de cette période, les solutions de collecte les plus adaptées seront conservées et déployées, à partir de 2023, dans d’autres quartiers et communes du territoire.

 À terme, la Métropole espère ainsi collecter 6 000 tonnes de déchets alimentaires dès 2025, 10 000 d’ici 2030.