TOP
Travaux réseaux de chaleur

Saint-Chamond : un réseau de chaleur en extension

Un chantier d’ampleur débute à Saint-Chamond ! D’ici octobre 2024, le réseau de chaleur existant sera prolongé d’une dizaine de kilomètres et alimentera ainsi près de 90 bâtiments et plus de 6 900 équivalent logements !

Un réseau actuel de 7km

Crée en 2013, il s’étend sur 7 km et permet déjà de chauffer 36 bâtiments, qui représentent près de 2 600 équivalent logements, de manière durable.

La société Scévia, filiale de Dalkia, est en charge de son exploitation. Ce réseau alimente 35 sous-stations dans les quartiers de Fonsala, des Charmilles et de Croix-Berthaud et est alimenté à 70 % d’énergie renouvelable avec :

  • la chaufferie de Fonsala et ses 3 chaudières fonctionnant au bois-énergie (total de 5,2 MWth) et complétée par 2 chaudières gaz ;
  • la chaufferie de Croix-Berthaud qui est composée de 2 chaudières gaz (total de 4,7 MW) et d’une cogénération qui sera arrêtée au printemps 2028 (1,2 MWth).

90 bâtiments raccordés d’ici 2024

L’objectif est désormais de passer à la vitesse supérieure. Pour cela :

  • une nouvelle chaufferie bois-énergie sera construite pour suppléer l’existante à la Réclusière. Composée d’une chaudière bois-énergie (4.4 MWth) et d’un appoint secours gaz (9 MW) pour couvrir les besoins énergétique croissants du réseau, elle sera mise en service en 2023.
  • près de 10 km de tuyaux seront posés pour raccorder 4 300 équivalent logements au réseau  (plus de 6 900 équivalents logements raccordés au total)

Les logements raccordés bénéficieront ainsi d’un chauffage beaucoup plus propre. La part d’énergie renouvelable (biomasse) passera de 70 % actuellement à plus de 73 % à partir de 2023 et à 76 % dès 2029.

Des réseaux très performants

Ces travaux réalisés à Saint-Chamond représentent un investissement de 14 millions d’euros, financés à hauteur de 8,3 millions d’euros par l’Ademe (Agence de la transition écologique).
Ils illustrent une nouvelle fois l’ambition de la Métropole de poursuivre ses actions en faveur du développement des énergies renouvelables sur son territoire !

Un plan climat 2019-2025, un plan de développement des énergies renouvelables… Saint-Étienne Métropole agit concrètement pour développer notre territoire de manière durable. Elle est en charge de la création et de l’optimisation des réseaux de chaleur et de froid.

Ces réseaux produisent une partie de leur chaleur grâce à des énergies renouvelables notamment le bois, très présent sur le territoire.

Un réseau de chaleur, qu’est-ce que c’est ?

C’est un réseau de distribution d’eau chaude dans des canalisations enterrées sous la voirie et qui permet de produire le chauffage et l’eau chaude sanitaire de bâtiments publics ou privés.  Les bâtiments desservis n’ont alors plus besoin de chaudière individuelle.

La loi relative à la Transition Energétique pour la Croissance Verte (TECV) fixe comme objectif la multiplication par 5 de la quantité de chaleur et de froid d’origine renouvelable livrée par des réseaux de chaleur à l’horizon 2030.

9 réseaux de chaleur primés

Label écoréseau de chaleur 2021Saint-Étienne Métropole possède 9 réseaux de chaleur sur son territoire. Ils se sont vus décerner le label Écoréseau de chaleur 2021.

Délivrés par Amorce, premier réseau français d’information, de partage d’expériences et d’accompagnement des collectivités en matière de transition énergétique, cette récompense salue la performance remarquable de ces réseaux.

En effet, pour y prétendre, ceux-ci doivent cumuler trois critères :

  • Produire plus de 50 % de leur chaleur à partir d’énergies renouvelables.
  • Délivrer une énergie à un coût inférieur aux énergies fossiles (gaz ou fioul)
  • Rendre compte auprès des usagers du fonctionnement du réseau.

En chiffres

> 46 km : c’est la longueur totale des 9 réseaux de chaleur existants à Saint-Étienne Métropole
> 305 bâtiments raccordés soit 16 200 équivalent logements : c’est le nombre de lieux qui bénéficient des réseaux de chaleur (habitations, bâtiments communaux, équipements sportifs…)
> 162 GWh : c’est la consommation annuelle moyenne des lieux raccordés aux réseaux de chaleur
> 77% : c’est la partie d’énergie renouvelable en moyenne sur les réseaux de chaleur métropolitains (biogaz, bois et cogénération)