TOP
Station d'épuration Furania

Assainissement : des eaux usées mais traitées !

L’assainissement consiste à dépolluer les eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel. Saint-Étienne Métropole lance une régie pour piloter, en direct, cette compétence ô combien importante pour la qualité de nos rivières et de notre environnement.
111 000 usagers la rejoindront dès le 1er octobre… et tous les autres Métropolitains d’ici 2025.

Station d'epuration Furania

Cinquante stations d’épuration, plus de 2 000 km de réseaux d’eaux usées et 1 000 km de réseaux d’eaux pluviales. Saint-Étienne
Métropole ne ménage ni ses moyens, ni ses efforts pour assurer le traitement des eaux avant rejet dans le milieu naturel.
Il en va, bien sûr, de la qualité de nos rivières. « L’assainissement, mission de l’ombre par excellence, est une priorité, rappelle Gaël Perdriau, président de Saint-Étienne Métropole, car il garantit la santé publique et la préservation de nos milieux naturels. »

Au mois de janvier 2021, le Conseil métropolitain a voté la création d’une régie pour harmoniser le pilotage de la compétence assainissement.

Une harmonisation totale d’ici 2025

Une partie de la Métropole rejoint cette régie dès le 1er octobre 2022. Il s’agit des bassins versants des stations d’épuration Furania (Villars et La Fouillouse) et des stations de Saint-Jean-Bonnefonds, Saint-Christo-en-Jarez et Saint-Genest-Lerpt. Sont concernés 111 000 foyers, sur 11 communes, soit 58 % des 192 000 abonnés du territoire métropolitain.
Les autres usagers rejoindront la régie à mesure de la fin des contrats passés, hier, par les communes.

Fin décembre 2025, l’assainissement de l’ensemble des communes métropolitaines sera géré en interne, par la régie de Saint-Étienne Métropole.

Un service fonctionnel et de qualité

Pour cette première étape et sur ce périmètre, Saint-Étienne Métropole a souhaité s’adjoindre les compétences d’une entreprise experte. Un cahier des charges précis et exigeant a été formalisé, en concertation avec les maires des 11 communes.
Le choix s’est porté sur la Stéphanoise des eaux (groupe Suez) en groupement avec FMI (filiale de SNF, entreprise locale basée à Andrézieux-Bouthéon et d’envergure mondiale). Le contrat, qui débute donc le 1er octobre, est d’une durée de 6 ans et 9 mois.

Ce marché de prestations de service comprend l’assainissement collectif des eaux usées, l’entretien et la maintenance des réseaux et bassins d’eaux pluviales, la relation avec les usagers.
« L’objectif est d’offrir à nos habitants un service fonctionnel et de qualité », souligne le président de Saint-Étienne Métropole, Gaël Perdriau.

Les communes concernées 

  • La Fouillouse,
  • La Talaudière,
  • La Tour-en-Jarez,
  • L’Étrat,
  • Saint-Étienne (sauf Terrenoire et Saint-Victor-sur-Loire),
  • Saint-Jean-Bonnefonds,
  • Saint-Christo-en-Jarez (bourg),
  • Saint-Priest-en Jarez,
  • Saint-Genest-Lerpt,
  • Sorbiers,
  • Villars.

Et potentiellement Roche-la- Molière, si la commune est, à l’avenir, raccordée à Furania (études en cours).