TOP
vilebrequin - HEF

Groupe HEF : ingénierie des surfaces

Fabrice Prost, Président de HEF, nous parle de cette entreprise innovante, spécialiste de l’ingénierie des matériaux de surface et très engagée dans le développement durable.
Il a été interviewé sur RTL dans le cadre des chroniques de Saint-Étienne Métropole.

Expert en ingénierie des matériaux de surface

Beau comme une œuvre d’art, le vilebrequin trône sur un établi et attire tous les regards. Dans quelques temps, il intégrera un véhicule disputant un championnat automobile de très haut niveau que, confidentialité oblige, nous ne pouvons dévoiler. Là, il vient tout juste de bénéficier d’un traitement de dépôt sous vide dans les ateliers du groupe HEF.

L’objectif ? Accroître sa dureté et sa résistance aux frottements et à la corrosion qui ne manqueront pas de le mettre à rude épreuve.

Ce chanceux vilebrequin n’est pas le seul à avoir droit aux bons soins du groupe. Pièces mécaniques d’éoliennes, capteurs, verres utilisés pour l’analyse de données spatiales, axes de pistons ou de machines à laver, essuie-glaces, bras pour engins BTP…

« HEF, c’est tout ce qu’on ne voit pas mais qui, au quotidien, est dans le monde qui nous entoure ! », résume Fabrice Prost, président du groupe.

HEF utilise pour cela tout un panel de technologies de très très haut niveau : traitements thermochimiques de nitruration en milieu liquide ionique, dépôts sous vide PVD / PECVD, bagues et composants de frottement…

Un ensemble de techniques de pointe qui permettent d’améliorer et d’optimiser les propriétés des surfaces pour les rendre plus solides, esthétiques…

Chiffres entreprise HEF

Des clients internationaux

Née en 1953 à Saint-Chamond, avant qu’une première usine soit ouverte en 1979 à Andrézieux-Bouthéon, la société devenue groupe est aujourd’hui présente dans 21 pays, de la République tchèque au Brésil en passant par la Chine, les États-Unis, la Thaïlande ou encore le Japon. Ses clients proviennent de cinq grands secteurs (construction, mobilité, défense et spatial, énergies décarbonées, médical) et sont à 80% internationaux.

De la recherche à l’industrialisation

L’intégration verticale est au coeur du modèle de développement de HEF. « C’est l’ADN même de notre groupe, appuie Fabrice Prost. Nous sommes en mesure de proposer à nos clients, qu’il s’agisse de grands donneurs d’ordre ou de PME, une prestation allant de l’acte de recherche à l’exploitation de procédés ou la fourniture de composants, en passant par le développement industriel et le transfert de technologies. ».

Quatre pôles (IREIS, HEF Durferrit, Techniques Surfaces et HEF Photonics) structurent ainsi l’activité, permettant à l’entreprise :

  • de concevoir ses matériaux et ses procédés dans son centre de recherche,
  • de fabriquer ses équipements et machines dans ses ateliers,
  • de produire ses consommables…

Depuis quelques années, le groupe a diversifié ses activités. Il s’est positionné sur les enjeux environnementaux, en intensifiant la recherche menée sur les technologies de la mobilité à hydrogène et en accompagnant ses clients sur la décarbonation.

« Pour des raisons de souveraineté nationale, il est aussi important que des acteurs français se positionnent sur ces questions de l’hydrogène ou de la photonique, afin d’éviter que ces savoir-faire soient délocalisés », précise Fabrice Prost.

Pionnier de l’actionnariat salarié

Le saviez-vous ? Dès 1973, HEF s’est montré pionnier en matière d’innovation sociale en développant l’actionnariat salarié majoritaire (capital détenu à 66% par les salariés).

Cette singularité se traduit dans le fait que les salariés sont responsables de leur propre destin et disposent d’autonomie et de liberté dans leurs prises de décisions.

« L’actionnariat salarié est un gage de pérennité de l’entreprise sur son territoire, de fidélité et d’engagement des collaborateurs. Enfin, il garantit au groupe une autonomie et une solidité financières lui permettant d’investir en permanence en recherche & développement pour une vision de l’entreprise sur le très long terme », souligne Fabrice Prost.

D’Andrézieux-Bouthéon vers le monde

Siège social du groupe, le site d’Andrézieux-Bouthéon abrite sa filiale Techniques Surfaces Andrézieux et compte 220 salariés. Avant un déploiement à l’international, toute nouvelle technologie y est testée et mise en production. « C’est l’usine pilote du monde et notre plus gros site », résume Fabrice Prost.

Implanté au coeur du quartier créatif Manufacture, à deux pas de la Cité du design, le site stéphanois regroupe quant à lui les « têtes chercheuses » de HEF et les nouvelles technologies développées. C’est là qu’est basée la centaine de salariés du pôle IREIS, dédié à la R&D. Là aussi que sont installées les imposantes machines permettant de travailler les pièces liées à la mobilité hydrogène. Ainsi qu’un laser femtoseconde, développé dans le cadre du GIE Manutech USD, basé à Saint-Étienne Métropole et dont HEF est un membre fondateur.