TOP
Gier

Urbanisme : Rive-de-Gier change de visage

Exit les friches industrielles, place aux rives naturelles. Après la démolition des bâtiments de l’ancienne verrerie Duralex, le projet de requalification de la porte d’entrée Est de la Métropole se poursuit avec des travaux d’aménagement des berges du Gier, qui traverse ce site de 27 hectares situé à quelques pas du centre-ville de la cité ripagérienne.

Sacré lifting pour l’entrée Est de Rive-de-Gier

La cheminée et les bâtiments de l’ancienne verrerie Duralex, abandonnés depuis 2007, ont été progressivement grignotés et ont définitivement disparu du paysage. Le désamiantage, la dépollution et les démolitions, confiées par la Métropole à Epora (Établissement public foncier de l’Ouest Rhône-Alpes), ont rythmé le site depuis l’automne 2017.
À présent, place à l’avenir !

Un lit douillet pour la rivière Gier

Au beau milieu du site de la friche industrielle désormais libéré coule une rivière, le Gier. Elle est à l’origine de nombre d’épisodes d’inondations car ayant souffert d’être trop canalisée pour les besoins de l’activité industrielle.

C’est à son chevet que se porte la Métropole pour lui rendre un lit douillet, conforme aux débits observés en périodes de crue. L’objectif principal est donc de limiter les risques d’inondation de cette zone, en laissant plus de place au cours d’eau.

Il s’agit d’un projet majeur pour la Métropole, qui permettra de reverdir sa porte d’entrée Est et de redonner vie à un Gier malmené par l’activité humaine. Plus facile à écrire qu’à faire !

800 mètres de cours d’eau à aménager, un collecteur d’eaux usées à déplacer, 90 000m3 de matériaux à terrasser soit le volume de 36 piscines olympiques… : le chantier, titanesque, a débuté en décembre 2021. 

SÉM, bien sûr, va en profiter pour planter arbres et arbustes favorables à l’épanouissement de la vie aquatique et créer une voie cyclable et des cheminements piétons propices aux promenades bucoliques.

À terme, ces travaux offriront un nouveau visage, plus attractif et respectueux de la biodiversité, à ce lieu emblématique de l’histoire industrielle de Rive-de-Gier et du territoire métropolitain. Surtout, la libération de cette friche industrielle permettra d’inventer un nouveau projet d’aménagement d’ampleur, qui se dessine déjà peu à peu et devrait mêler orientation économique, service et résidentiel.

Une chose est sûre : le Gier, renaturé, occupera une place de choix au cœur de ce secteur en devenir.

Ces travaux s’inscrivent dans un projet plus large d’urbanisation de ce secteur clé de Rive-de-Gier, devraient se poursuivre jusqu’en juin 2024.

Coût du chantier : près de 10 M€, financés par Saint-Étienne Métropole, l’État, l’Agence de l’eau, la Région et le Département.

38,5M€ pour prévenir les inondations

Le Gier est au centre de toutes les attentions !
Ce chantier de Rive-de-Gier fait écho aux travaux de découverture du cours d’eau menés à Saint-Chamond, et d’élargissement du lit de la rivière à La Grand’Croix qui, eux aussi, visent à limiter le risque d’inondation du Gier tout en égayant ses berges.

Ces aménagements font partie du Programme d’actions de prévention des inondations (PAPI) du Gier, qui prévoit 38 actions sur 6 ans pour un budget global de 38,5 M €, et s’inscrivent également dans le cadre des contrats de rivières, qui bénéficient du soutien financier de l’État, de l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, de la Région, et du Département.